• Depuis le 9 juillet date de mon dernier billet, de l'eau a coulé sous les ponts comme on dit par chez nous. Déjà, depuis le mois de juin ça ne va pas fort. Entre-temps, j'ai passé des scanners  puis IRM. J'ai fait un séjour à l'hôpital en passant par les urgences pour insuffisance respiratoire. En fait, j'ai une  corde vocale paralysée ainsi que la partie droite du larynx. Bref, pas la peine de vous faire un dessin, je commence un traitement la semaine prochaine. Je vais devenir chauve, mais ce n'est pas trop grave... il paraît que ça repousse ! wink2

    Bien amicalement à tous.

    Maritxan

    PS: Déjà, je n'étais pas très présente sur mon blog, vous ne remarquerez donc aucune différence. wink2


    4 commentaires
  • À une époque, j'appelais ma petite voisine de palier "mon poussin bleu". C'était une  blonde aux yeux bleus de deux ans,  malicieuse et vive. À quatre ans, ce surnom affectueux commença à lui poser question. Un jour, elle m'interpella en fronçant les sourcils.

    - Ça n'existe pas un poussin bleu… alors, pourquoi tu m'appelles comme ça ?
    Surprise, par sa réaction, une phrase d'Antoine de Saint-Exupéry dans "Le petit prince" me vint à l'esprit.

    - Je l'ai inventé pour toi, parce que tu es unique !  

    Je m'attendais à une autre série de questions, mais il n'en fut rien. Ma réponse parut la satisfaire, son visage  s'éclaira d'un large sourire et elle s'exclama d'un ton jovial…

    - Tu peux continuer à m'appeler comme ça aussi longtemps que tu voudras !

    J'en avais conclu que lorsque l'on est enfant se sentir unique est valorisant, mais lorsque l'on devient "grand", être  unique ne veut plus dire grand-chose… la mode est passée par là. wink2


    3 commentaires
  • Ma plume d'ange

     

     Il y a quelques jours, en rentrant chez moi, une plume blanche est venue se poser sur mon bras. Je l'ai trouvée si belle et si fragile que je l'ai manipulée avec d'infinies précautions. On aurait dit une plume d'ange.

    Ceci dit, je n'arrive toujours pas à imaginer quel oiseau peut porter une plume aussi délicate. À vrai dire, je me plais à penser que cette plume est celle d'un ange. À l'approche de Noël, j'adhère sans retenue à l'inexplicable et à l'extraordinaire... ça rassure par ces temps incertains. À 70 berges, j'aime à imaginer le merveilleux dans le banal. J'aime quand mon cœur approuve mes pensées et qu'il en tressaille de joie. C'est un sentiment qui s'apparente aux petits bonheurs de l'enfance... sans fioritures.

    Bien sûr, j'ai gardé ma plume d'ange, je l'ai mise dans une petite boite ! Je vais sûrement oublier qu'elle est là (je me connais !).  Je sais qu'un jour, la boîte réapparaîtra et lorsque je verrai la plume, une fois encore, je croirai au merveilleux... à mon âge,  on ne se refait pas !

     

    Ma plume d'ange

     

    À  bientôt !


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique