• Pour mon azalée, cette fois-ci, c'est la fin… pour l'année 2014 aussi d'ailleurs. Pour 2015, tous les espoirs sont permis. Un printemps nouveau germe dans nos cœurs, gardons-le  bien au chaud  jusqu'à la fin des gelées... viendront  alors les bourgeons du renouveau.

     



    Que l'année 2015 soit celle du partage et de la fraternité.


    Je vous souhaite à tous et toutes une
    Bonne et heureuse Année !
    smile

     

     


    6 commentaires
  • Il y a trente six façons de faire un cauchemar, comme par exemple, être poursuivi par un fou furieux, tomber dans un trou sans fond ou encore se perdre dans un labyrinthe sans issue. Et puis, plus rare, il existe un état qui se vit les yeux ouverts et en toute conscience. Celui-ci a une particularité, le corps se retrouve entièrement  paralysé.  Cette masse inerte allongée sur le lit ne répond plus à aucune sollicitation de notre part et provoque dans notre esprit une panique incontrôlable. Là-dessus vient se greffer une atmosphère pesante qui rappelle les pires films d'horreur. On veut crier pour obtenir de l'aide mais aucun son ne sort de la gorge. En réalité, on pousse un cri lugubre qui est entendu par toute la maisonnée… aaaaaaah ! Tout ceci est vécu comme une expérience cauchemardesque. Du point de vue médical, il ne s'agit pas d'un cauchemar, mais d'un trouble du sommeil qui se nomme "la paralysie du sommeil".

     J'en parle en connaissance de cause puisque ça m'est arrivée il y a déjà plusieurs années. Je me trouvais alors au Pays Basque. Là-bas, on dit que l'on eu la visite de Mahuma (se prononce Mahouma). J'avoue qu'à l'époque, je n'ai pas cherché à en savoir davantage sur ce personnage invisible apparenté à la mort. Depuis, j'ai eu l'occasion d'entendre d'autres récits identiques au mien. Toutes les personnes qui ont vécu cette expérience ont gardé à l'esprit l'empreinte d'une peur indéfinissable. D'après la croyance populaire Mahuma ne vient qu'une seule fois… et c'est tant mieux.

    Nota: Dans le dictionnaire Basque le mot "Mahuma" est décrit comme suit : cauchemar, oppression du cœur et difficulté à respirer pendant la nuit.
    D'après mes propres sources, la description de "Mahuma" ne s'arrêterait pas à ces simples mots puisqu'il existe depuis fort longtemps une prière à son intention. Il s'agirait donc d'un personnage mythique que l'on craignait mais que l'on n'hésitait pas à défier... "Mahuma, Mahuma, je n'ai pas peur de toi..."

     Si vous voulez connaître le point de vue médical sur "la paralysie du sommeil", vous trouverez des explications sur le lien ci-contre… Wikipédia
     C'est plus rassurant, mais moins pittoresque que le mythe de  Mahuma. wink2
     

    Mahuma ou la paralysie du sommeil

    Pour l'occasion, j'ai ressorti une vieille toile (acrylique 1977).
    Représentation symbolique du rêveur.

     


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique